retour à l'index N-Caledonia retour à l'index de N-Caledonia Un extraterrestre? non... une tranche de concombre...
Le soleil n'en finit pas de m'étirer, je dois me presser, dans deux heures c'est la tombée de la nuit, les nuages s'agglutinent vers l'Est
Après, c'était un peu moins drôle, bien qu'identique à une certaine initiation! Bien épuisé, portant plus le vélo que roulant avec, tant les montées et descentes étaient impossibles, la nuit m'a enveloppé! Je me suis donc retrouvé en tee-shirt / short, en plein marécage, avec des millions de grenouilles, sans nourriture, et grelottant de froid du à l'altitude... Heureusement une boîte d'allumettes dans ma poche m'a permis de ne pas avoir froid d'un côté, puis de l'autre! Evidement, dormir à même le sol sur les petits cailloux tranchants, c'est pas le top! Pas d'eau non plus avec moi, j'ai quand même trouvé une petite source, si les grenouilles vivent dans cette eau, elle devait être bonne pour moi. Quand la nuit dure presque 12 heures alors que j'en ai besoin de 6, c'est encore moins top... 6 heures à réfléchir, à repousser les gros lombrics noirs carapacés qui sortaient de terre autour du feu, attirés par la chaleur, et digérer, vers trois heures du matin une pluie froide et glaciale... Alors là, j'ai hurlé STOP! La pluie s'est arrêtée, et il a fait beau! je suis rentré par le même chemin, en pensant à mon pantalon, à un pull, à un duvet, à toute cette nourriture que j'avais apporté et que j'allais rejoindre... J'ai beaucoup appris de cette belle expérience, bien aimé avoir retrouvé mes affaires, mais tellement triste de ne pas être allé plus loin dans la communication avec les esprits de la nature... Rétrospectivement, j'étais vraiment très heureux...
Délires de nourritures, voilà comment mes yeux voyaient mes victuailles! Pour vous expliquer, je n'aime pas manger, je n'aime pas dévorer les aliments, même si parfois il m'arrive de les apprécier, tout le temps, je n'aime pas manger; Et l'attente de cette nourriture, quand j'ai rebroussé chemin, si elle était à son comble 20 kilomètres avant l'arrivée, luttant sur mon vélo contre les averses vent debout, déclina au fur et à mesure de l'issue proche du chemin. J'ai plus mangé par convention que par appétit, je me suis donc un peu déçu, un peu comme l'homme pas sage qui se jette sur la bouffe après un jeûne...
Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'adore les insomnies, elles ne me gênent pas trop comme certaines personnes obligées d'aller travailler le lendemain matin, je choisis mes horaires de travail, je ne suis donc pas angoissé par çà... J'aime mes insomnies car je suis enfin tranquille, personne autour de moi, les gens dorment, ils sont dans leurs rêves, les oiseaux dorment aussi, à part quelques chouettes et chauves souris, tout est calme! c'est ce calme que je rechercherai toute ma vie! J'aimerai bien un jour être dans un endroit, sur une planète où ce soit la tranquillité absolue, peut-être pas tout le temps, mais une bonne période pour comprendre qui se cache derrière le silence...
RETOUR
LACS EN HUIT
LACS EN HUIT

 

Les lacs en huit sont bien nommés! Deux lacs ronds réunis par une sorte d'hysme... Je voulais en faire le tour en vtt; 70 kilomètres en une journée, c'était réalisable!

J'avais laissé la voiture avec tout le matériel de bivouac, nourriture, duvet, tente et vêtements au camp de base!

En gros, la piste fait le tour des deux lacs, et pour rejoindre le début de la boucle, il faut par contre traverser une petite chaîne montagneuse, très: je monte, je descends, je monte je descends... Et les montées et descentes ne sont pas pour les jeunes filles! Pour ne pas basculer vers l'avant durant les descentes, je devais presque m'asseoir sur la roue arrière! Quant aux freins, je les remercie par la même occasion! Finalement, je déteste le vtt!

Dans ce plateau un petit peu en altitude, la flore est extraordinaire, et certainement la même depuis très longtemps! Beaucoup d'espèces endémiques, propres à la région et qui ne se retrouvent pas ailleurs, la terre est toujours rouge.

Je n'ai pas rencontré grand monde, juste une Jeep, et un hypothétique camion tout terrain avec comme chauffeur le genre de personnage que l'on préférerait ne pas rencontrer au milieu de nulle part, heu, je voulais dire en pleine nuit... Heureusement, la puissance de son camion en comparaison à mon vtt lui a suffit pour être satisfait...

(Mais peut-être était-il très sympa? après tout, je ne m'arrête généralement pas aux apparences...)

Je me suis pris un instant pour le grand barbu observant ses tirs de météorites sur la planète Mars! J'ai du m'extirper de mes rêveries habituelles par les 35 kilomètres encore à parcourir... Flaque de boue séchée, puis bombardée par des gouttes d'eau de pluie, avec passage de vers, et craquelures dues au soleil...

A l'extrémité Ouest de la randonnée, une piste va descendre vers la baie de Prony , objet d'une future randonnée!

Le sentier pour le tour du Lac est bien balisé, en tout cas au début, l'air de rien j'ai trouvé pas mal de faux plats, que je franchissais bravement dans un premier temps, pour finalement ne plus trop faire le malin...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rosées

 

Le lendemain matin, brouillard, rosée et tout et tout! Il ne fait pas chaud, je rallume un peu le feu de camp, pour me faire chauffer un café, chausse mes sandales, et part observer avec mes yeux, mon appareil photo et ma loupe de géologue (une loupe de géologue, c'est tout petit, pas cher, et ça permet de découvrir des mondes magnifiques), j'ai découvert des toiles d'araignées toutes perlées de rosée:

Et même, je dirai que ma peur viscérale des araignées s'en est trouvée très réduite devant telle beauté! Sachant bien que ces pauvres bestioles paralysées par le froid n'allaient pas se risquer à crapahuter sur mes doigts...

 

Voilà à quoi ressemble les alentours de mon camp de base:
Après ma petite angoisse du matin traditionnelle...
Je vais explorer cette rivière en canoë
On trouve de grands trous d'eau très pure, l'impression d'être sur une autre planète tant la sensation d'étrangeté est présente! Des petits frissons dans le dos pourtant...